La Sophrologie est une méthode à laquelle les entreprises, en particulier les grands groupes de la distribution, font de plus en plus appel. Mais dans quel cadre? Et quels sont ses atouts?

Sophrologie et structures de l’entreprise

La Sophrologie ne peut pas agir sur les structures organisationnelles et techniques de l’entreprise. Les risques, évalués en interne, font chaque année l’objet d’un DU (document unique) et des mesures de prévention sont mises en place en priorité dans le cadre de la prévention primaire. Faire appel à un Sophrologue pour tenter de résoudre uniquement les conséquences des RPS sans traiter réellement les problématiques à la source reviendrait à « mettre un emplâtre sur une jambe de bois » comme disait ma grand-mère…en revanche, la Sophrologie s’avère efficace dans une politique globale de « qualité de vie au travail », une aide précieuse pour faciliter le dialogue social.

C’est alors un excellent outil de prévention secondaire. Elle devient alors un vecteur précieux d’humanisation accrue des RH et d’amélioration concrète de la QVT. Elle est un élément de réponse du 2ème axe du plan de Santé lancé par le gouvernement en 2016. Elle peut être intégrée dans le cadre d’une prise en compte global du fonctionnement de l’entreprise et d’une prise de conscience des décideurs que des outils existent pour accompagner les changements structurels.

C’est pourquoi les CHSCT, les RH ou la direction font de plus en plus souvent appel à des Sophrologues pour améliorer le climat social et développer un mieux-être dans l’entreprise.

 Son premier challenge : le stress

Le salarié qui pratique régulièrement une méthode anti-stress valable, avec un bon professionnel, va arriver à gérer sa résistance au stress aigu et à en atténuer les conséquences, (meilleurs sommeil, meilleur tonus, performances et motivation accrues, moins d’arrêt maladie)…il aura, en s’inscrivant dans une pratique régulière, de nouveaux outils pour affronter un stress aigu facilement et il saura même s’en servir de moteur pour performer.

En cas de stress chronique la Sophrologie va l’aider à y voir plus clair sur ses réactions et à mettre en place des techniques pour développer une stratégie individuelle d’adaptation aux sources de stress : en effet grâce à l « action positive » posée à chaque séance, il va activer ses capacités et avec « la répétition, » il va peu à peu retrouver une meilleure santé physique, mentale, émotionnelle et un meilleur sommeil. C’est une démarche pour acquérir un mieux-être global professionnel et personnel et ainsi éviter l’épuisement menant parfois au burn-out.

Pour être efficace elle demande

Le volontariat des participants

L’engagement volontaire est important, c’est pourquoi il est recommandé de faire une ou deux séances de découverte d’une heure, en groupe ou en individuel. Chaque personne peut alors « vivre » une séance et décider de continuer ou pas. En situation de crise, un espace libre peut être ouvert où, individuellement, chaque personne aura la liberté de venir se ressourcer et pratiquer.

La régularité des séances

en effet le salarié peut toujours acquérir les techniques de base facilement reproductibles dans une cession de découverte mais l’efficacité, maintenant prouvée par les neurosciences, vient avec la répétition. Ensuite la personne va acquérir l’autonomie recherchée et l’intégrera très facilement dans son quotidien. Le rythme d’une séance par semaine ou tous les 15 jours est idéal. (Session de 8 séances).

Un professionnel bien formé

Faire appel à un professionnel expérimenté, avec au minimum deux ans de formation, est essentiel ou bien simplement un Sophrologue caycédien qui lui a été obligatoirement formé en 4 ans, avec la méthode originelle. Le Sophrologue bien formé, s’adapte aux particularités contextuelles de chaque entreprise ainsi qu’à chaque problématique individuelle.

Un lieu dédié

Une simple salle et une chaise par personne sont nécessaires.

Conclusion

68% des cadres affirment être « sous pression” et  n’ont toutefois pas le sentiment que leur entreprise ait mis en œuvre des « actions ou mesures » pour « aider à la prévention du stress » (un récent sondage Ifop-Cadremploi paru le 16 février). Faire intervenir un Sophrologue au sein des équipes volontaires, (toute hiérarchie confondues) c’est s’assurer d’offrir un outil efficace et complémentaires aux mesures de prévention primaires en matière de gestion du stress et de prévention des burnout. C’est proposer un allié pour mieux vivre et s’adapter aux pressions inhérentes au travail.

Cette action, en agissant sur le bien-être de l’individu, développe ressources, motivations, performances et réussite donnant à son entreprise l’image réelle de celle dans laquelle il fait bon venir travailler.

 

Le Cabinet Astrid Vircondelet intervient en entreprise dans le cadre de la prévention des RPS.
Pour en savoir plus

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *